Rhône-Alpes

L’associatif 10 juin 2013

Les premiers pas d’une grande “Carte Flambée”

De notre correspondante. Claire Mollien

Anthony Istar, magicien, multiplie les tours de magie devant un public conquis par cette toute nouvelle association destinée a connaître le monde de la magie.

 

La naissance d’une association se vit comme un évènement essentiel. Qui ne se souvient pas des premiers émois lors de sa constitution, l’attente pour le feu vert de Ia Prefecture, les démarches administratives ? La question est pourquoi ? Pourquoi créer une « personne morale » lorsque deux personnes physiques Anthony Istar, magicien, et Pauline Alessandra, sont confrontés aux refus pour louer une salle de spectacle ? Précisément, la structure associative permet de dépasser les freins voire vétos opposés à toutes initiatives pour le lancement d’un spectacle. Mais pas seulement. Sous couvert d’un statut associatif, il devient possible de faire émerger un projet d’intérêt general. Faire mieux connaître le monde mystérieux de la magie pour susciter des vocations et réjouir un public de plus en plus nombreux.

 

Née courant avril 2013, l’association « La Carte Flambée » connait done les balbutiements et les joies de la naissance, les premiers pas, déjà, pour apparaître au grand jour puis aborder le développement de ses objectifs. Ils sont de plusieurs ordres. La magie reste un art secret qui ne se dévoile pas. Mais cela ne signifie pas qu’il faille rester frustrer de l’envie de s’y frotter. Découvrir le monde des magiciens pour franchir le pas d’en être un soi même, voilà l’ambition assignée à « La Carte Flambée ». Ce n’est pas tout de vouloir exercer cet art, faut-il encore savoir le faire, pouvoir se présenter, assumer un spectacle devant son public. Les spectateurs, quant à eux, déjà sensibilisés par des émissions comme « Le plus Cabaret du Monde » sur une chaîne publique, méritent d’être approchés différemment, de manière plus intimiste, sans pour autant leur dévoiler ce qui précisément fait l’attrait de ce spectacle : le pouvoir de la magie.

 

Pauline Alessandra, jeune présidente de 22 ans, s’en explique « Deux jeunes, Anthony Istar et moi-même, sommes confrontés à bien des difficultés pour louer une salle de spectacle. Notre projet est déjà en route car il s’agit d’un évènement nommé « HISTORIA » qui sera présenté en juillet pour sa Première en novembre. Avec l’Association, nous avons la car il s’agit d’un évènement nommé « HISTORIA » qui sera- présenté en juillet pour sa Première en novembre. Avec l’Association, nous avons la structure nécessaire pour trouver des dons en matériel, des prêts et tout ce qui nous est nécessaire. 3.000 euros pour du matériel de magie, ce n’est pas rare. Un autre magicien nous a rejoints depuis peu. Nous commençons à enregistrer les premières adhésions et membres actifs. Anthony va proposer un stage de découverte auprès des enfants pour faire émerger des vocations. Le culte du secret est indispensable. Toutefois, plus le public nous soutiendra et plus nous pourrons innover, amplifier nos tours. Nous avons choisi la magie mentaliste. Cela consiste non pas à pratiquer de grandes illusions mais à travailler avec la lecture des pensées, les sentiments, les émotions. Les magiciens progressent de manière significative avec le public et il convient de les aider à se produire pour atteindre l’excellence. Il s’agit de la pierre angulaire de notre existence. Nous recherchons actuellement des mécènes avec de l’aide en nature via du matériel, des moyens techniques, pratiques. Les dons permettent d’alimenter la caisse de l’association en vue de la préparation de son premier spectacle. Puis, les billets vendus pour celui-ci permettront d’alimenter la roue financière pour d’autres productions. Pour le moment, la phase actuelle est de faire la promotion de notre association pour qu’un large public nous soutienne et nous accompagne dans nos projets. Nous avons besoin d’eux et, pour assister à une belle représentation, ils sont besoin de nous. Un tel spectacle coute environ 7 à 8.000 euros. Voilà : le projet est ambitieux mais nous savons que nous allons faire des heureux »

cliquez sur l’image pour lire l’article complet

Share on
Previous

La Tribune 28 mars 2013

Next

L’Espace 110 1er septembre 2013